Se donner du temps

Voyage

Un voyage de trois semaines, ça donne du temps. Du temps pour prendre son temps. Du temps pour prendre ça relax des fois sans se sentir coupable. Du temps pour voir ses enfants et sa blonde en masse, les coller et les aimer encore plus. Enfin, du temps pour observer et se poser des questions.

« Ce sont rarement les réponses qui apportent la vérité, mais l’enchaînement des questions. » — Daniel Pennac

Non mais yé où leur maudine de modèle danois? Me semble qu’à part fumer, pas avoir l’air en forme pis jeter leurs canettes dans les poubelles, on ne voit rien de caractéristique chez nos comparses de camping.

À mois qu’on soit pas aux bons endroits? Oui, à Copenhague, on sentait un certain vent de progressisme, mais que ce soit au sud, à Ribe ou au Nord, à Skagen, on a beau chercher, on ne sent rien qui soit à l’avant-garde par rapport à chez-nous. On va continuer l’exploration dans le centre, à Silkeborg… peut-être que là…

Mais tsé chez-nous, dans les campings, on voit au moins une couple de personnes avec qui on se dit qu’on a des affinités. Tsé  du monde de plein-air qui ont l’air en forme pis qui sont contents d’être dans le bois. Y sont où ces gens-là ici? C’est vrai, y-en n’a plus de bois ici! Mais coudonc, à part faire du bécik assis droit pis en allant pas vite, qu’est-ce qu’ils font pour aller jouer dehors?

Mais il y a quand-même pas mal d’oiseaux qui chantent ici. Est-ce que ce sont les espèces qui étaient adaptées à des habitats ouverts et densément peuplés qui ont survécues au fil des siècles où ce sont des espèces forestières qui se sont adaptées? Qu’est-ce que ça peut nous donner comme indices pour le futur de nos espèces forestières au Québec dans un contexte d’urbanisation croissante et de changements climatiques?

Comment-ça que Noémie, quand elle passe ses journées avec son frère et ses parents, elle ne bégaie plus du tout et vieillit à vue d’oeil?

Pourquoi, après avoir joué plus d’une heure dans la piscine intérieure chauffée et conçue pour les enfants et s’être tapé une overdose de chlore, la première parole que l’on entend c’est «Papa, c’est plate, on n’a pas encore joué au ping-pong!!!»?

Mais parmis toutes ces questions, j’ai au moins une réponse: c’est la mère de Caillou qui fait la voix du GPS de l’auto de location. Maintenant que son petit gars est trop vieux pour passer à la télé, elle s’est trouvé une job. J’sais pas si elle en a profité pour s’acheter du nouveau linge parce qu’à la télé et dans les livres, elle est toujours habillée de la même manière. En passant, Noémie a demandé qu’on lui lise «Caillou prend l’autobus scolaire» à chaque soir depuis le début du voyage. Je peux vous dire qu’elle a hâte de commecer l’école la p’tite.

La couleur de l’herbe du voisin

Un autre aspect intéressant d’un voyage qui dure plus que quelques jours c’est que l’attrait de la nouveauté s’estompe et que l’on voit bien que c’est pas parce que l’on est ailleurs que tout est beau et que tout est bon. Ça me rappelle le gars qui allait se promener à gauche et à droite, pas plus de deux ou trois jours pour ne pas se faire dire qu’il gaspille de l’argent, pis qui revenait les yeux brillants, emballé par la nouveauté et voulant faire pareil chez-lui. Vous voyez de qui je parle? Un voyage dans lequel on a du temps, ça donne le goût du bricolage.

« Le bricolage implique la nécessité d’être spécifique, d’avoir de l’initiative, et un objectif précis, d’utiliser les potentialités et les éléments dont on dispose, et de ne pas se forcer à imiter ce que font les autres. » — Francesco Di Castri

Les enfants

On a vraiment de bons enfants. Mais des enfants, ça chigne, ça veut toutte pis tout de suite! Aujourd’hui, en revenant du spectacle des oiseaux de proie, on a instauré un nouveau règlement: «À partir de tout de suite, quand vous allez parler en chignant ou en vous plaignant pour demander quelque chose, on n’entendra pas. Parlez poliment et en demandant des choses précises et on vous répondra avec plaisir». On dirait que ça a eu un bon effet… ils ont eu une soirée exemplaire! On verra comment ça va se passer demain!

Le voyage les fait vraiment grandir! Noémie nous surprend chaque jour et Francis fait ça comme un grand. Il fallait le voir dire merci en Danois (Tak) à une petite fille qui lui rapportait son ballon. Il rayonnait de fierté.

« Avant de s’agrandir au dehors, il faut s’affermir au-dedans. » — Victor Hugo, Post-Scriptum de Ma Vie (1901)

La suite

Nous avons décidé de rester une journée de plus à Skagen au Råbjerg Mile Camping. Ça nous permettra, demain, d’aller visiter le plus important aquarium du pays, à une quarantaine de kilomètres d’ici, le Nordsøen Oceanarium‎. Si on a le temps et qu’il fait assez chaud, on ira peut-être explorer un peu les plages de la côte Ouest.

Il a plu beaucoup la nuit dernière. Avoir une bonne tente, ça n’a pas de prix! Pas un goutte d’eau dans la tente ce matin. Aujourd’hui, il a fait beau et assez chaud. Ce soir, ça s’est refroidi vite. Ça ressemble au temps de la fin août. On se croirait à la fête du travail!

Nous sommes heureux, curieux et relax!

Oui, oui, v’là les photos!

Noémie dans la tente hier soir. Sophie était sortie écrire le billet de blogue et je venais de terminer les histoires. Trop adorable!
Notre «spot» de camping
Visite au centre des oiseaux de proie. Super spectaculaire. Du grand art de fauconnerie. Ici, un Pygargue de Steller.
Deux fauconniers avec, en avant, un Faucon pèlerin et en arrière, au Faucon sacre
Pygargue à queue blanche
La seconde d'avant: «c'est trop l'fun les gros oiseaux qui volent proche de nous». Le moment présent: «Je veux retourner à la tente, j'suis trop tannée». Hahahah!

Un garçon heureux!

En train de préparer le souper dans la cuisine commune. Fricadelles de poisson pour les enfants et lanières de poulet à l’échalotte, moutarde et yogourt pour les parents. Couscous et petits pois du Kénya (!) en accompagnement
La table sur laquelle on prend la plupart de nos repas! La cuisine commune est au fond. On y voit Francis.

Comments are closed.